Seconde chance

Publié le par Elwin


Sur le sable de l'arène...

 ...la Mort avait été une amante fidèle; une présence de chaque instant, à la fois promesse de repos et menace de néant.

Elle brillait dans les lames des courts pugio, brûlait dans les visages enfiévrés des adversaires, résonnait dans les voix d'un public assoiffé de ces mortels instants où une main armée se suspendait dans les airs avant de s'abattre une dernière fois sur une gorge, une poitrine.
Elle était là encore le soir quand, hagards et tremblants, les survivants se retrouvaient ensemble pour un nouveau repas. Lequel d'entre eux, autour de cette table, prendrait son visage cruel demain? Lequel la verrait s'incarner sur ses propres traits, quand le moment fatal serait arrivé?

Elle était là dans ses rêves, le soir, quand il sentait encore la poignée de son arme dans sa main bien longtemps après qu'il s'en fut séparé.

Elle était là sur le visage des dieux tout puissants, quant il leur faisait sacrifier une bête, sombre transfert de ses ennemis et d'une vie de meurtre.

Comment aurait-il pu lui échapper? Etait-il seulement différent d'elle?

Quand son corps n'avait plus été qu'une plaie palpitante, et que seul un râle d'agonie animait encore ses lèvres, elle s'était enfin avancée vers lui.

Il pensait que son étreinte le plongerait dans un long sommeil brumeux, où son être se dissoudrait lentement. Là, au fond de la fosse où ses anciens maîtres avaient jeté son corps mourrant, il rêvait que sa chair se fondait dans la boue au même rythmme que ses mânes dans les eaux noires du Styx.

Mais il L'avait trop bien servi pour qu'il en fut ainsi. Une seconde chance lui fut offerte.


Ses chairs déchirées furent soignées, la fièvre de son corps apaisée. Loin sous les rues agitées de la capitale, dans l'ombre d'un royaume souterrain qui n'était que l'antichambre de l'éternel domaine d'Hadès, on le fit renaître à un nouvelle vie.


Il était son amant, il serait maintenant son gardien, et son plus fidèle serviteur.


A ses pieds reposent les restes des plus anciens et vénérables de ses flamines et pontifes. Son devoir: protéger le sanctuaire des impies et des profanateurs; de ceux qui ignorent encore quelle est la terrible puissance de sa maîtresse et de son terrible époux, ceux qui remplis de vanité n'ont jamais assisté à leurs terribles moissons.


Loin du ballet incessant et vain de l'arène, il sert maintenant le plus grand maître des hommes, celui qui les acceuillera tous en son sein, Hadès aux Sombres Méditations.

***

Ce redoutable garde du sanctuaire d'Hadès est une oeuvre de Corentin Gauthier, passionné de Warhammer ( ce me semble!) qui est passé avec succès de ses énergiques dessins d'orques et de soldats impériaux aux portraits des étranges personnages du Cloaque.

Vous saurez désormais qu'il est certains secrets du Cloaque qu'on ne peut explorer sans encourir de grands risques...

E.







Publié dans Etherne

Commenter cet article

Kido 18/05/2008 21:08

Ah, excellent, tu bosses avec Corentin ! c'est un très bon pote à moi...le monde est petit ;)

Elwin 01/06/2008 11:58


N'est ce pas? ;) Corentin fait du bon boulot, on aura un objet plaisant quand tout ça sera bouclé. :) E.


Nonène 17/05/2008 12:50

Tiens, tiens, un texte qui pourrait presque coller aux Plumes en herbes.