Billet nombril & actu

Publié le par Elwin

Cette semaine,

j'ai pu achever ma prestation sur Lyon au sein d'un grooooos laboratoire pharmaceutique, digne des arcologies de Shadowrun ( plus de 90 batîments sur un site sévèrement gardé regroupant 3000 personnes). Il n'y a pas de grand rapport avec le JDR, si ce n'est que j'ai été fort occupé par la dite affaire.

Ce qui ne m'a pas empêché la semaine dernière d'aller enfin voir Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal. Bon, autant vous prévenir qu'en général je suis bon public. On se situe donc 15 ans plus tard, au sortir de la seconde guerre mondiale, un peu avant 1953 (Staline est toujours vivant) et après 1947 (un certain évenèment a déjà eu lieu dans le desert du Nouveau Mexique...).
Indie n'est plus tout jeune (il se fait allégrement traiter de "Grand Père" tout le long) mais garde une solide poigne, histoire de pouvoir continuer à participer à des films d'actions...Toujours professeur d'archéologie dans un monde où la plupart de ses anciens amis sont morts, il va à nouveau être happé dans une terrible course à la relique, cette fois lancée par les Soviets à travers l'Amérique du Sud.
Le professeur Jones se lance donc une course poursuite un peu linéaire (mais peut-on vraiment en faire le reproche?) à travers toute une série de carte postale sur les fifties: nucléaire, flying saucers, machination gouvernementale, rocker en moto, milk shake et agents doubles sont au rendez-vous pour notre plus grand bonheur.
Des fois le réalisateur en fait un peu trop et la subjective crédibilité de l'Histoire en prend un coup, même pour un spectateur aussi crédule que moi (cf le frigo: ceux qui l'ont vu me comprendront.).
Mais après tout les marqueurs d'Indiana sont là, et on a droit à de franches scènes de pulp très jouissives, des rebondissements dans l'histoire personnelle du héros et à de bons moments de rigolade. Avec bien sûr des effets spéciaux plein les yeux, entre vieilles ruines pseudos mésoaméricaines et hordes de fourmis rouges géantes.
Un bon divertissement, donc, à recommander à tous ceux qui n'ont pas trop magnifiés le souvenir des anciens Indy. Rappelons nous en passant que le Temple Maudit n'est vraiment pas terrible...

Les observateurs attentifs du film auront aussi remarqués que ses temples "mayas" sont censés se trouver enAmazonie, ce qui est à plusieurs milliers de kilomètres de leur authentique localisation. Choisir des Incas eux été peut être plus judicieux pour les scénaristes. La meilleure solution eut sans doute été de demander leur avis à cette tribu, découverte ces derniers jours au Brésil. Elle ferait partie des 350 communautés n'ayant jamais eu de contact avec le monde moderne (ne me demandez pas comment ils font le compte). C'est donc un beau matin qu'ils se sont reveillés avec un oiseau de métal vrombissant au dessus de leur tête, et venant prendre quelques photos qui sont déjà en ligne dans un réseau informatique dont le concept même doit être vraiment difficile à assimiler, considérant la distance technologique qui existe entre eux et nous. Je me demande, en passant, si les membres de cette tribu sont, au yeux de la loi, censé être des citoyens brésiliens. Les pauvres n'auraient dès lors plus que quelques jours avant de pouvoir remplir leur déclaration d'impôt, pour peu que les inspecteurs survivent aux arcs que ces braves chasseurs brandissent en direction de l'avion.
Si vous voulez en savoir un peu plus sur cette histoire, allez donc jeter un oeil sur cet article du Monde.

Enfin, si vous êtes toujours là, sachez que je suis toujours à la recherche d'une valeureuse personne pour réaliser deux cartes pour le Grand Cloaque. Il ne s'agit pas de quelque chose de très compliqué, et il y aura une petite indemnité et une gloire éternelle au bout du chemin. Je cherche quelque chose de fonctionnel et propre, pas une oeuvre d'art immortelle. Si vous avez quelques compétences en photoshop, n'hésitez pas à me contacter, je serai (très) heureux de pouvoir en discuter avec vous.

Un bon dimanche à tous,

E.

Commenter cet article

Nonène 01/06/2008 15:38

Je partage totalement ton avis sur Indiana ! En fait, j'ai pris l'histoire du frigo comme un gros gag.
Concernant les cartes, je n'ai malheureusement pas ma compétence cartographie à 0 mais je vais en parler autour de moi...