Compétences : Gukup Cacik

Publié le par Elwin


Bonjour les gens.

J'ai suivi mon échéancier  de progression  et continué mon travail, notamment en rédigeant les compétences.  Il y en a  assez peu, six par Régent, et le rôliste vétéran reconnaîtra sans peine de grands classiques, aussi les textes sont parfois assez bref.
Pour les agrémenter un peu  j'ai ajouté pour chacune une citation, attribuée  au meilleur expert de cette compétence.  Le nom et le score de ce dernier sont ensuite indiqués, ce qui aura une influence pour les personnages des joueurs. A chaque fois que l'un d'entre d'eux dépassera l'auteur de la citation son score de Gloire augmentera, marquant sa réputation de nouvel "expert mondial'.

Voici pour l'occasion les compétences du Régent Gukup Cacik. (Les noms des cités et des personnages sont temporaires).

4-1 Gukup Cacik -Guerre & domination-

 

Arme de mêlée

« L’œil de l’Aigle, la force du Jaguar, la rapidité de la flèche et la gloire du Soleil ! ».

Dix-huit Vautour, seigneur de guerre de Tikal [14].

                Cette compétence désigne la maîtrise de toutes les armes de corps à corps, du poignard au macan. Elle est indispensable au guerrier, au prêtre sacrificateur et fort utile au chasseur. A la création un personnage maîtrise une arme par paire de points dans cette compétence. Il peut par la suite en acquérir d’autres en cours de jeu (voir entraînement).

                Le choix des armes maîtrisées se fait dans la liste suivante :

·         Macan

·         Poignard

·         Casse tête

·         Lance

Exemple : Cinq-Jaguar a 5 en arme de mêlée. Il peut donc maîtriser deux armes et choisit le Macan et le Poignard.

                Si le personnage utilise une arme qu’il ne maîtrise pas il utilise son score divisé par deux, arrondi à l’inférieur.

 

Intimidation

« De ta réponse dépends ta vie, mon  jeune ami. Choisis bien tes mots. »

Six-Cacao, magistrat de Chichen Itza [10].

                Cette compétence désigne les techniques destinées à se faire craindre et respecter de son prochain. Elle permet de contrôler son attitude, son vocabulaire et sa présence grâce à de bonnes connaissances psychologiques et comportementales.

                Un personnage peut tenter d’en intimider un autre pendant un combat ou une discussion. Il doit faire un jet d’Intimidation contre un jet d’Ixchel du défenseur. En cas de réussite son adversaire a un malus d’un point à tous ses jets contre celui qui intimide pendant les trois prochains uinics. En cas d’échec le personnage est en revanche déstabilisé. Il ne pourra plus tenter d’intimidation contre le défenseur pendant les trois prochains uinics.

                N’oubliez pas de prendre en compte le niveau de parures pour ce jet.

 

Lutte

«Bah, après tout ils n’étaient que douze ! »

 Huit-Lapins, seigneur crocodile de Pacal [13].

                Cette compétence est celle de toutes les techniques de combat à main nues. Elle est aussi utilisée pour les techniques d’immobilisation à la corde, comme décrit dans le chapitre « Tripes, combat & colibris ».

 

Pok Ta Pok

« Après une courte euphorie le point a été annulé : ça n’était pas la balle mais la tête du défenseur. »

Treize-Coyote, capitaine de l’équipe de Tulum [12].

                Cette compétence désigne la connaissance des règles et des techniques du jeu de balle, le Pok Ta Pok. Reportez vous aux règles spéciales sur ce jeu pour plus de détails.

 

Réduction de têtes

« Ne bougez plus s’il vous plaît. »

Tuntui, chef et artisan respecté d’Arutam, terres Xivaros [11].

                Cette compétence permet de réduire la tête d’un adversaire afin de la conserver et de l’exhiber fièrement. Une tête réduite donne à son adversaire un bonus supplémentaire de points de Soleil égal à la moitié des points donnés par la victime.

                Réduire une tête humaine est un jet de difficulté 5 et dure trois uinics.

                Réduire une tête d’une grande créature est de difficulté 7 et dure quatre uinics.

 

Tourment

« Pratique ton Œuvre avec précision mais aussi avec  respect. Ton art doit interpeller les dieux eux-mêmes. »

Miquitzli, grand prêtre de Tezcatlipoca à Texoco [10], empire Aztèque.

                Cette compétence désigne la connaissance des tortures et sévices infligés par les prêtres et les bourreaux. Elle n’est pas utilisée pour des interrogatoires, mais bien dans un but religieux, surtout lors des cruelles cérémonies organisées en l’honneur des terribles divinités aztèques.


Publié dans Lois célestes

Commenter cet article