La cité, le calendrier et le Mezcal.

Publié le par Elwin


Après le rythme rapide de succession des premiers articles, destinés à donner un peu de matière au blog, je ralentis un peu pour passer maintenant à environ un article par semaine (chiffre non contractuel ;) ).

Ceci dit, la première mouture du système de combat est maintenant bouclée, et j'ai avancé sur d'autres concepts, notamment celui de la Cité, véritable personnage du jeu. L'idée était d'en faire le ciment du groupe de PJ, un objectif, et un moyen de valoriser certaines professions, rituels et actions. Concrètement, ça veut dire par exemple que grâce à des règles sur la communauté un personnage d'artisan arrivera à avoir autant d'importance en jeu que celui d'un guerrier (gros défi en général pour un JDR!), c'est du moins mon espoir.

Mais comment ça va marcher? Je vous expose ici les grandes lignes, le détail restant à rédiger, et j'enchaîne directement sur le calendrier qui y est étroitement lié.

Une cité aura exactement les mêmes caractéristiques qu'un personnage, à savoir les six Régents, qui auront le même sens et la même utilité. Ils représenteront la somme des talents et des capacités de la communauté. Leurs valeurs seront définies à la création en fonction de la puissance de la cité, une capitale ayant des scores hors normes et un village des scores modestes.
Ces Régents seront testés selon les situations et les actions de la cité. Kukulkan sera ainsi utilisé si les érudits de la ville doivent mener une recherche, Gukup Cacik pour résoudre une guerre ou un raid, etc.
Garder les mêmes caractéristiques évite de créer un nouveau système, qui complexifierait l'ensemble, et permet de garder une cohérence forte à l'ensemble. Plus encore, cela permet aussi une interaction forte avec les PJ. Quant ceux ci prendront la tête d'une action de la cité il sera possible d'y substituer leurs scores sans opérations complexes.
Pour la plupart des actions prévues le PJ aura juste à faire un jet de compétence qui prendra effet immédiatement (pour diriger une danse ou créer un objet par exemple), alors que pour d'autres le résultat viendra modifier le score du Régent concerné quant il s'agira de projets vraiment collectifs (jets de construction pour dresser un temple, de tactiques pour la guerre).

Les principales différences entre la feuille des PJ et celle de la cité seront l'absence de compétences dans cette dernière, remplacées par des jauges.

Actuellement j'en prévois trois par Régents: Faveurs divines, Chatîments et Evènements.
Toutes se rempliront au fur et à mesure des actions de la cité et des PJ, et déclencheront des effets aléatoires quant elles seront remplies.
Les Faveurs divines seront des interventions des dieux en faveur de la cité. Comblés par celle-ci lors des rituels et des actions des PJ ils la récompenseront par des Merveilles, des récoltes abondantes et des coups de pouce de bon aloi.
Les Chatîments fonctionneront à l'inverse : fâchés par la mauvaise conduite des habitants, les dieux décideront de leur faire passer le goût du pain à grand coup de catastrophes naturelles, de prédateurs monstrueux et de naissances contre nature. Cette jauge est volontairement séparée de l'autre pour générer plus d'actions dans la vie de la cité et éviter que les bonnes et les mauvaises actions s'annulent sans arrêt et bloquent finalement tous évènements. Il pourra donc y avoir simultanement une faveur et un chatîment donné par le même dieu à une même cité, mais qui seront chacun du à une cause différente. Le MJ devra réguler cet aspect avec bon sens.
Enfin les évènements proprement dits correspondront aux réactions de l'environement humain de la cité. Chaque action de celle-ci va en effet créer de la tension (plus de travail, plus de guerre, etc.) et remplir peu à peu ces jauges, jusqu'a ce qu'elles explosent en révoltes populaires, déclarations de guerre, etc.

Pour fonctionner correctement sans prendre la tête au MJ ces règles sur la cité avaient besoin d'un guide, d'une organisation particulière où toutes les situations de jeu pourraient être exposées et solutionnées, comme pour un personnage.
C'est là dessus qu'intervient le calendrier, cher aux civilisations méso-américaines. Il fonctionnera comme un jeu de l'oie, divisé en six saisons (une par Régent) et cinq jours maudits, dédiés aux puissances "infernales".
Chaque saison sera divisée en trois baktun, des mois courts de 20 jours qui seront la base de toute action longue, notamment les créations d'objets. Elles commenceront toutes par un rituel de la cité, en l'honneur des dieux, qui donneront des points de faveurs ou de chatiments. Puis elles seront suivies d'une action au choix, dont la liste est établie en fonction du Régent concerné. Par exemple pendant la saison d'Ixchel la cité pourra construire un nouveau batiment (qui augmentera le score d'un Régent ), ou pendant celle d'Hunahpu on pourra tenter d'espionner le voisin ( et de découvrir les scores de sa cité) ou lancer une caravane (et faire des points de ressources, qui remplacent ici les points de Soleil).
Chacune de ces actions sera résolue par un jet de Régent ou une aventure des PJ: la boucle sera bouclée. Ce calendrier permettra aussi d'organiser les actions des PJ entre les scénarios, ce qui permettra aux personnages artisans, astronomes et danseurs ( relisez maintenant les archétypes proposés dans un article précédent ;) ) de se mettre en avant et de gagner plus de points de Soleil ( qui servent d'XP, de réserve de combat et de points de magie) que les combattants, qui miseront plutôt sur les scènes de carnage des scénarios.
L'avantage du truc est que le maître de jeu n'aura à maitriser qu'un paragraphe par saison, au lieu d'avoir à chaque fois le choix entre une quinzaine d'actions possibles. ça peut être aussi un inconvénient pour ceux qui veulent un maximum de richesses tout de suite, mais je privilégies un fonctionement intuitif pour le moment.

Voili voilou, il me reste à rédiger sur ce sujet une liste d'évènements correspondants à chaque jauge (quitte à faire une ébauche et revenir après dessus) et je pourrais attaquer la magie, au concept déjà bien établi sur le papier.


Et le Mezcal, me direz vous en relisant le titre?
Hum, et bien, ça c'est juste pour attirer les alcooliques. ;)

E.

Publié dans Blabla conceptuel

Commenter cet article

Nonène 29/11/2007 19:09

Cette méthode de définition des villes me fait penser pour plusieurs aspects à celui des domaines à Agone (cf. le livre de la gamme "Les cahiers gris"). C'est une méthode que je trouve intéressante et qui simplifie beaucoup de choses.

Concernant le calendrier, je trouve l'idée très bonne.

Elwin 30/11/2007 10:12

Merci!Il y a des amis qui attendent en fait quasi exclusivement le système sur les cités. :)E.