Les dieux, les PJ & les embrouilles

Publié le par Elwin

Confortablement installés sur un nuage, dans une profonde caverne ou sous les eaux fangeuses d’un marais, les dieux observent les péripéties des mortels et y mettent leur grain de sel, ou plus.

 

            Promis à un destin extraordinaire par leur naissance un jour de tempête solaire, les PJ, fils du soleil, vont être amenés à rencontrer ces personnalités hors du commun, et même à les affronter indirectement. Leurs vies seront ponctuées de rencontres, de coups de pouces et d’épreuves avec les dieux, d’autant plus que leur puissance viendra bousculer l’équilibre subtil dans lequel  vivent ces ombrageuses entités.

 

            Mais concrètement, par quel biais Chac, Hunahpu, Ixchel et leurs frères et sœurs vont-ils intervenir dans les parties ? En l’état actuel je vois trois pistes à explorer.

 P-96pmayavisionserpent.jpg

            La plus évidente est bien sûr celle de l’intrigue. Comme dans la tradition populaire gréco-latine les dieux sont des entités surpuissantes mais douées d’émotions et de passions très humaines. Jalousie, envie, amour, empathie et haine les animent, tout particulièrement vis à vis de leurs co-divinités. Si on y ajoute leurs faiblesses pour leurs héros, le désir d’un(e) mortel(le) ou leur soutien à une cité ou un territoire sanctuaire, on comprendra qu’ils vont être à la source de nombreuses quêtes. Leurs motivations, leur mode d’action et d’intervention seront alors définis par les scénarios.

 

            La seconde est celle de l’intervention aléatoire par les règles. Concrètement, un brelan de dés identiques provoquera un événement lié aux dieux (merci Mikael J ). Tout ceux de la mythologie maya étant lié à un chiffre, ce système colle en plus très bien au contexte. Ainsi un 999 amènera une intervention des sombres forces de Xibalba ou un 444 celle du très terrien et placide Zipacana. Afin d’éviter la descente systématique de divinités sur terre le nombre de points de Soleil utilisés servira à calibrer l’échelle de l’intervention… elle devrait aller de la « simple » réussite critique à l’intervention de serpents à plumes, un peu énervés d’avoir été dérangé en plein roupillon pluri-millénaire.

                                                                                     

            La troisième est celle de l’intervention « choisie » par les règles. C‘est à dire le fait pour les joueurs ou le MJ d’utiliser sciemment un mécanisme d’invocation des dieux. Là ça se complique un peu, et il va bien falloir régler cet outil de manière à ne pas en faire un ressort trop mécanique du jeu et des joueurs. En fait, il faut qu’un tel appel représente quelques risques si on ne veut pas le voir rejaillir systématiquement et pour qu’il soit toujours une source de frisson pour les PJ. On ne plaisante pas avec des dieux qui ont déjà mis fin aux trois âges précédents.

            Quelles sont les solutions possibles ? Sans trancher sur un choix définitif, on peut essayer de mettre en place une ou plusieurs règles.

            Pour gérer son occurrence dans les parties il faut accorder à ces invocations un coût, ou des critères d’intervention. Pour éviter de multiplier les mécanismes et parce qu’ils correspondent tout à fait à l’idée de faveur divines, je pense que les invocations de dieux seront payées en points de Soleil, au moins pour ceux qui auront été placés dans la sphère de magie appropriée. Un surcoût permettra d’augmenter les probabilités de réussite du jet, qui sera fait secrètement par le MJ. Le nombre de succès qu’il obtiendra décidera de l’échelle du succès. Le fait que l’invocation ne réussisse pas automatiquement sera le premier risque : les points de Soleil seront peut être dépensés en vain.

            La personnalité même du dieu peut aussi constituer un risqmaya03.jpgue, mais elle sera plus simulée par l’interprétation des joueurs et du MJ que par des règles proprement dites. Il est surtout important pour cela que le caractère, les motivations et les pouvoirs du dieu soient bien compris du MJ, afin qu’il sache comment le faire réagir face au PJ.

            Dernier point envisageable, mettre au point un mécanisme de vases communicants entre les actions des dieux. Je m’explique : pour chaque intervention demandée par les PJ, le rival de la divinité appelée pourra à son tour tenter d’intervenir pour rétablir l’équilibre. Aux jaguars d’Ixbalamque qui protégeront les PJ répondra ainsi, par exemple, une terrible tempête provoquée par Chac. Le principe est assez simple à mettre en place, puisqu’il suffira au MJ de reproduire le même jet que les PJ mais pour une autre divinité et un objectif inversé.

 

            Cette guerre d’influence divine devra toutefois répondre à certaines règles, pour ne pas écraser les PJ dans un monde d’entités surpuissantes où ils seraient devenus inutiles ou rapidement éradiqués en cas de problème. C’est bien par le contexte historique qu’on répondra à cette inquiétude.

            Itzamna, le grand dieu créateur, est en effet l’arbitre suprême, le garant du respect des lois célestes par ses divins subalternes. Et sa première règle est de ne détruire aucun élu sans le consentement de tous les dieux. Bien sûr, il existe quelques exceptions … les sacrilèges et les survivants des races anciennes n’auront droit à aucune pitié de la part de ces divinités pas toujours sympathiques. Au sein même de leurs sanctuaires ils resteront également tout puissants. Par ailleurs leurs subalternes ne seront pas tenus à une telle retenue, profitant d‘un « vide juridique » cher aux cœurs de leurs maîtres. Il y aura donc un jeu de faux semblant entre les dieux, et un intérêt tout particulier pour les PJ qui pourraient être d’excellents agents de leur influence sur le monde terrestre, sans toutefois les exposer continuellement, grâce à la vigilance d’Itzamna.


A suivre, donc. :)

E.

Publié dans Blabla conceptuel

Commenter cet article

Nonène 29/11/2007 18:23

Je suis en train de penser à l'Iliade et l'Odyssée. Et pourquoi les Dieux ne s'incarneraient-ils pas dans des être vivants. Sans vraiment les posséder. C'est difficile à expliquer mais l'Iliade décrit bien.

Un exemple : L'arché Apollon s'incarne alors en Paris et guide sa flèche contre Achille.

Je sais que ce n'est pas la même mythologie mais cela peut être intéressant.

Je trouve l'idée des vases communiquants très intéressants !!!

Elwin 30/11/2007 10:14

Ah, j'ai déjà bien donné pour le gréco romain en jdr! :) Mais si ces textes peuvent servir d'inspis sur d'autres thèmes c'est une bonne chose.E.